Nous perdons un serviteur de la nation.

Un policier est mort à Avignon dans l’exercice de ses fonctions, endeuillant la nation toute entière.


Les pensées des militants de l’Association nationale d’action sociale (ANAS) vont aujourd’hui vers sa famille, ainsi que vers l’ensemble de ses collègues.

Une nouvelle fois, un policier est pris pour cible, en faisant son devoir , ici en matière de lutte anti drogue

Ce drame démontre, si c’était encore nécessaire, que les hommes et les femmes qui assurent au quotidien la sécurité des personnes et des biens, qui forment le rempart contre tous les ennemis de la République, peuvent payer de leur vie cet engagement au service de la nation.

L’intervention la plus banale, le contrôle le plus anodin, peuvent déboucher sur la commission d’actes infâmes, face auxquels la main de la République ne doit pas trembler.

Forte d’une expérience de plus de 70 années de travail et de réflexion, l’ANAS répondra toujours présent pour prendre en charge et prévenir la souffrance policière, générée par une exposition à ces risques exorbitants. Face à ces conditions de travail dégradées, il nous faut également construire des modes de prise en charge innovants, de nature à répondre aux enjeux de notre temps.


Le bureau national


Posts à l'affiche