top of page

PROSPECTIVE SOCIALE

La prospective sociale consiste à réaliser des constats, souvent à élaborer des scénarios, des plans d’actions (tendanciels et alternatifs) et à émettre des recommandations en termes de politique sociale.

Phil.jpg

Philippe POGGI - Secrétaire National

à la Prospective Sociale 

Logo_formateur_couleur.jpg

Je suis Philippe, Policier de voie publique en Police Secours, j’exerce sur le département de la Seine-et-Marne (77).  Je suis adhérent à l'Anas depuis 1999. 

Depuis plusieurs décennies, comme la plupart de mes collègues, je constate une souffrance dans nos rangs.

Le constat, nous Policiers, nous le faisons tous, il est édifiant et inquiétant, raisons pour lesquelles, j'ai souhaité m'investir au sein de l'ANAS et encore plus aujourd’hui en alternant entre mes deux fonctions. 

Formé à l'Evaluation du potentiel suicidaire et orientation, j'ai décidé de poursuivre comme formateur aux Premiers Secours en Santé Mentale. J'ai également suivi la formation aux Premiers Secours d'urgence psychologique 6C. (Protocole Israélien).

A l’Anas, nous avons mis en place un réseau Sentinelle Evaluateur où nous comptons plus d'une trentaine de délégués formés et tous bénévoles à pouvoir écouter, aider, soutenir et orienter nos collègues en grandes souffrance.

Ces délégués sont présents sur l'ensemble du territoire comme Outre-Mer. Merci à nos délégués !

Alors, si tu as besoin d’un soutien ou besoin de nous parler, sache que nous sommes à ta disposition, contacte nous !

Si tu désires rejoindre notre réseau de délégués ou pour de plus amples renseignements afin de suivre ces formations, n’hésites plus, rejoins nous !

Je te laisse prendre connaissance de quelques témoignages de mes collègues, ci-dessous.

Philippe Poggi
Secrétaire national chargé de la prospective sociale

JEan-Marc BOTELLA

 Administrateur National ANAS

“ Après 4 jours de Formation sur l’Evaluation du Potentiel Suicidaire passés notre Centre de Santé le Courbat, je reviens dans mon Département du Lot et Garonne, muni de ce que j'appellerai un bagage me permettant de travailler avec une meilleure connaissance de ce sujet si présent dans nos rangs.

 

Là où il y a encore quelques heures, je ne me sentais pas capable de détecter correctement un camarade dans le besoin, de l'écouter, d'entendre son malaise, mais surtout d'alerter et de le diriger si besoin sur des structures adaptées à son mal-être.

Cette formation m'a vraiment fait toucher du doigt qu'il est possible d'être utile à des moments précis de la vie.

Un stage riche en émotions plongés dans un Etablissement de Santé digne de ce nom permettant d'être au contact direct de personnes abîmées par la vie.

En présence d'un personnel soignant fantastique, mettant tout en œuvre pour tenter de les soulager au mieux des maux qui rongent nos collègues en difficultés.

J'ai pu acquérir en quelques jours une plus grande connaissance du sujet grâce aux échanges interactifs et le professionnalisme de nos 2 formatrices Psychologue clinicienne et médecin Psychiatre.

J'invite vraiment tous les délégués à être formés à ce stage afin de détenir un savoir sur ce risque qui impacte énormément de collègues.

L’idée du suicide peut toucher n'importe qui à n'importe quel moment de la vie...

Plus nous serons formés et capable d'évaluer nos camarades, plus nous augmenterons les chances d'éviter le pire...."

Cyrille BAILLY

 Vice-Président ANAS 10

“ L’année 2016 m’a énormément marqué émotionnellement, notamment par le suicide d’une collègue ADS et de sa maman. 

La famille avait emménagé pas très loin de chez moi, je leur rendais régulièrement visite, la maman vivait avec ses deux enfants, sa fille, ADS âgée de 20 ans et son fils de 18 ans. La mère entretenait une relation fusionnelle avec sa fille. Elles faisaient tout ensemble !

 

Je n’ai pas vu des signes avant-coureur qui auraient pu m’alerter si j’avais été formé plus tôt.

Après avoir fait le stage sentinelle ANAS, j’ai bien repensé à cette situation, qui peut être synonyme de culpabilité : pourquoi n’ai-je rien décelé ? C’est souvent ce que se posent comme question les proches, les collègues…

Avec beaucoup de recul, je comprends à quel point il est important d’être formé sur ce thème, même s’il faut, en même temps, savoir rester modeste face à des situations éminemment complexes.

Evaluer le risque, l’urgence, le danger, avec l’aide d’autres sentinelles, orienter vers le professionnel adapté (SAMU, psychiatre, psychologue du SSPO ou en dehors de l’institution…), c’est donner une chance supplémentaire d’éviter le pire.."

Franck LEBLOND

 Président ANAS 34

" Policier auxiliaire contingent 88/08, puis élève-gardien de la 115ème promotion (03/10/1989), j’exerce depuis août 1990 l'un des plus beaux métiers du monde : difficile, exigeant, compliqué mais je l'ai choisi.

 

Je suis toujours là pour en parler, l’écrire.

D'autres frères d'arme ont craqué, ils ont fait le choix de mettre fin à leurs jours, car ils ne supportaient plus toutes les contraintes.

 

Leurs proches, les pauvres, n 'ont rien vu venir.

 

L'ANAS inquiète de cette vague grandissante de suicides, a fait preuve d'une belle initiative : Proposer une formation de sentinelle aux Anasiens volontaires, j’ai postulé dès que j'ai eu connaissance de cette formation,

 

Formation dispensée par un binôme (psychiatre + psychologue) dans un endroit mythique pour les Anasiens : Le Courbat.

 

Le stage s'est avéré instructif et dynamique (mises en situation).

Des bases solides nous ont été données pour pouvoir détecter, évaluer, orienter.

 

Le but est de pouvoir écouter, communiquer, et aider le ou la collègue se trouvant en souffrance.

 

A travers ce réseau de sentinelles qui se tisse progressivement mais sûrement au niveau national, une fois de plus, c 'est la main tendue de l'ANAS envers ceux qui souffrent.

 

J'ai Envie à mon niveau de pouvoir aider des collègues en souffrance afin d'éviter un drame,

''Je veux tendre la main à ceux qui en ont besoin ''

EVALUATEUR DE POTENTIEL SUICIDAIRE ET ORIENTATION

 

Chaque suicide est une tragédie, synonyme de douleurs et de traumatismes chez les proches.

Un suicide endeuille en moyenne 7 proches et impacte plus de 20 personnes.
Le risque de suicide augmente significativement dans l’entourage d’une personne suicidée (famille, collègues de travail, etc.).

Le suicide est un phénomène complexe, résultant de l’interaction de nombreux facteurs. Ces déterminants biologiques, psychologiques, sociaux et environnementaux sont de mieux en mieux connus.

 

Les suicides ne sont pas une fatalité et même s’il convient de rester prudent et modeste en la matière,
nous devons sensibiliser et surtout former nos Anasiens et même au-delà, si besoin. 

 

Alors, n’hésitez pas à nous solliciter si vos souffrances sont trop grandes !

Contactez-NOUS

Contacts Prévention  Suicide Police ANAS

Former pour apprendre à aider

L’ANAS, en 2023 va poursuivre ses formations des délégués, en tant que « Sentinelles Evaluateurs Anas » et plus largement encore.

 

Cette formation est dédiée à la détection des situations de détresse, elle permet d’évaluer le Risque, l’Urgence et la Dangerosité (RUD). Elle s’adresse aux agents en mesure de repérer et d’appréhender la souffrance psychologique et la problématique suicidaire au sein de leur milieu de vie.

 

Cette situation commande aux Anasiens, davantage encore qu’aux autres policiers, de sonner la mobilisation générale.

Si vous souhaitez nous rejoindre dans cette lutte, contactez-nous par email: 

philippe.poggi@anas.asso.fr

Prochaine Session du 13 au 17 mars 2023

bottom of page